À travers ces flux migratoires renouvelés apparaissent de nouvelles stratégies territoriales : Vancouver et la Colombie-Britannique, les portes d’entrée historiques des immigrants asiatiques sur le sol canadien, sont désormais reléguées au second plan compte tenu du dynamisme de la région métropolitaine de Toronto. 2  L’expression « immigrants récents » au sens strict qualifie officiellement les immigrants arrivés au cours de la dernière période intercensitaire. Vancouver regroupe actuellement 31 % de ces migrants, soit 4 points de moins que dans les années 1970. Si les premiers Chinois arrivés à Ottawa avaient immigré depuis la Colombie-Britannique lors de l’achèvement du réseau ferroviaire, vers la fin du xixe siècle (Li, 2000), la croissance de la population chinoise d’Ottawa est très récente. », Canadian Journal of Regional Science, vol. En 2001, 54 % des personnes âgées de 65 ans et plus d’origine chinoise étaient des femmes. D’ailleurs depuis 1996, la langue maternelle chinoise remplace l’italien au premier rang des langues maternelles non officielles les plus fréquemment déclarées au Canada : c’est la langue maternelle de 2,9 % de la population canadienne (soit 849 190 en 2001). En 2001, 85 % des membres de la communauté chinoise ont affirmé que leur langue maternelle était une langue non officielle. Quand l’interdiction d’immigration des Chinois au Canada est déclarée par le gouvernement fédéral en 1923, ils se dénombrent entre 450 et 500 dans la ville de Québec. Enfin, en 1903, le Parlement du Canada adopta une nouvelle loi fixant le droit d’entrée de 500 dollars mais exemptant six catégories de personnes : les commerçants établis (une définition imprécise de cette catégorie a entraîné des abus), les diplomates, les ministres de culte, les touristes, les étudiants et les hommes de science (Wickberg, 1984). Communauté chinoise de Québec. Des collectivités chinoises plus modestes habitaient dans d’autres provinces, par exemple près de 110 000 personnes vivaient en Alberta et 63 000 au Québec. La grande majorité demeurait concentrée en Colombie-Britannique et quelques-uns poursuivaient leur route vers l’Est canadien dès 1880. La seconde vague migratoire en Colombie-Britannique s’effectua lors des travaux du chemin de fer transcontinental à la fin des années 1870. Dans ces trois catégories, il n’y avait pas de référence de fait à l’origine raciale ni au pays d’origine pour l’admission du candidat. Un peu plus qu’un quart des Canadiens d’origine chinoise ont des revenus inférieurs aux seuils de faible revenu définis par Statistique Canada. Racisme, taxe d'entrée, violence, mépris des droits les plus fondamentaux, les Chinois seront, dès leur arrivée en 1858, traités comme des citoyens de seconde classe. La diversité des origines géographiques des ressortissants issus du monde sinisé et le poids des événements historiques récents sont autant de paramètres à prendre en compte. Un réseau d’entraide pour les voyageurs et expatriés chinois revenant de Chine s’est créé sur la messagerie WeChat, un système animé par des bénévoles. Les aînés canadiens d’origine chinoise touchent par ailleurs des revenus relativement faibles. 10  D’après E. Wickberg (1984), il y a eu de nouveaux sympathisants pour la cause des chinois. En 2000, le revenu moyen des femmes adultes d’origine chinoise âgées de 15 ans et plus était de moins de 21 000 $, alors que celui des hommes était de 29 000 $. Two fundamental processes provide an explanation for this new dimension in migration patterns: the abolition of preferential selection of migrants with European heritage (in 1967), and the pursuant policies that made immigration more acceptable in general (on average, Canada welcomed 235000 new immigrants per year between 1991 and 1995). 27L’essor de l’immigration chinoise s’est précisé à partir du milieu des années 1990 avec près de 20 000 immigrants chinois à la date de 1996. [Colin Lindsay; Statistique Canada. La communauté chinoise doublement victime de la COVID-19 . Elle accueille désormais 4 % de ces migrants. En 2001, un peu plus d'un million de personnes d'origine chinoise habitaient au Canada, ce qui représente environ 4 % du total de la population canadienne totale . La maladie avait fait 44 morts au Canada. Division de la statistique sociale et autochtone. En 2002, 76 % des personnes qui ont déclaré être d’origine chinoise ont affirmé qu’elles éprouvaient un profond sentiment d’appartenance au Canada. Les immigrants chinois s’établissent donc dans certaines banlieues de Toronto grâce à l’épanouissement du secteur des haute-technologies mieux développé et aux meilleures opportunités d’emploi. 14  Il est important de noter que les immigrants de la Chine continentale admis au Canada durant cette période et sous la politique canadienne relative à l’incident du Tiananmen Square de 1989 furent admis comme étant des immigrants indépendants. La communauté chinoise représente effectivement une proportion substantielle de la population totale de ces deux villes. – « Crossing Canada’s ‘racial divide’: Series : Our Town : In Living Colour », The Ottawa Citizen, Ottawa, october 18, p. B.1.Fro. Les problèmes de la communauté chinoise sont les mêmes que les autres personnes. Les activités professionnelles se diversifiaient et les entreprises chinoises ne se limitaient plus à la satisfaction des seuls besoins de la communauté chinoise comme en atteste l’exemple des fameuses blanchisseries qui permettaient le déploiement des pionniers chinois à travers le territoire canadien. Depuis les années 1990, les personnes de nationalité chinoise représentent près de 20 % des nouveaux immigrants. Une langue maternelle est la première langue qu'une personne apprend dans son enfance et qu'elle comprend toujours. Communauté au Canada - Chinois: Chinois vivant au Canada, Rencontrer les Chinois au Canada Toggle navigation Portail de la Mobilité Internationale: travailler et vivre à l'étranger -- "Le présent rapport décrit les caractéristiques sociales et économiques de base des membres de la communauté chinoise du Canada." La communauté chinoise est très différente du reste de la population en ce qui concerne la religion puisque la majorité des Canadiens d’origine chinoise rapportent n’avoir aucune appartenance religieuse. 2020-06-22. Kanata est ainsi devenu l’un des lieux d’installation privilégiés des nouveaux immigrants chinois. 11  Depuis 1962, la seule catégorie d’immigrants ouverte aux chinois était celle de la parenté « sponsorisée » par des Sino-canadiens. Ces espaces périphériques peuvent aussi constituer des étapes qui s’inscrivent dans une stratégie migratoire individuelle : des nouveaux immigrants indépendants y font leur première expérience professionnelle avant de poursuivre leur trajectoire individuelle vers les centres économiques du pays. 17  « Charting on future », The Ottawa Citizen, 16 octobre 2003. La plupart des Canadiens d’origine chinoise, soit 72 % d’entre eux, habitaient dans les régions métropolitaines du recensement de Toronto ou Vancouver en 2001. Au cours de la période de 1974 à 1988, la plupart des Chinois continentaux 13 arrivaient au Canada pour rejoindre leur famille ou par l’entremise de leur réseau social. Asie-Canada. En 2001, les adultes d’origine chinoise représentaient 3 % de l’ensemble de la population canadienne, mais 9 % de l’ensemble des titulaires d’un doctorat et 7 % des titulaires d’une maîtrise. Néanmoins un rapport de Statistiques Canada, publié en 2004, stipule que les quartiers de minorités visibles 16 restent affectés par des taux de chômage plus élevés et des niveaux de revenu plus faibles que la moyenne nationale. La communauté chinoise au Québec est l'ensemble d'individus ayant une ascendance chinoise vivant au Québec.. En 2006, il y avait 1 216 565 Canadiens d'origine chinoise, dont 79 825 au Québec [2]. Les aînés d’origine chinoise seuls sont particulièrement susceptibles d’avoir de faibles revenus. Les Canadiens d’origine chinoise sont moins susceptibles que les autres Canadiens d’être chefs d’une famille monoparentale. Fondatrice de la première communauté de femmes missionnaires au Canada, elle a notamment créé, à Montréal, une école chinoise et un hôpital chinois. Avec la découverte d'or en Colombie-Britannique en 1858, des immigrants chinois de San Francisco ont commencé à arriver dans la vallée du Fraser l'année suivante. Outre les considérations spatiales, il convient d’insister sur la perte de cohésion de cette communauté qui se scinde en sous-groupes, où les nouveaux arrivants se distinguent par des comportements plus individualistes. Sputnik fait le point sur cette psychose. Les Canadiens sont de plus en plus nombreux à éviter de fréquenter les personnes et quartiers associés à la communauté chinoise. La communauté chinoise au Canada, 2001. Trente et un pour cent (31 %) des hommes d’origine chinoise, par exemple, étaient titulaires d’un diplôme universitaire en 2001, comparativement à 24 % de leurs homologues féminins. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous. Les femmes d’origine chinoise sont toutefois considérablement plus enclines à posséder un diplôme universitaire que les autres femmes. Cet article a été reçu le 14 juillet 2005 et définitivement accepté le 10 avril 2006. En 2001, 52 % des immigrants chinois étaient arrivés au pays au cours de la décennie précédente et 25 % d'entre eux étaient arrivés entre 1981 et 1990. Le renouveau de l’immigration chinoise à la fin des années 1960, accompagné d’investissements, a permis la revitalisation des anciennes Chinatowns et contribué au développement de nouveaux Chinatowns (Lai, 2003) et plus généralement à l’ouverture des centres d’achats chinois ou asiatiques en banlieue, notamment pour les régions métropolitaines de Toronto et Vancouver. Dans tous les autres provinces et territoires, la communauté chinoise représentait 1 % ou moins du nombre total de résidents. En même temps, 58 % d’entre elles ont affirmé qu’elles éprouvaient un profond sentiment d’appartenance à leur groupe ethnique ou culturel. La Loi sur l'immigration chinoise de 1885 imposait à chaque membre d'une famille chinoise immigrant au Canada de payer 50 $ à titre de taxe d'entrée (en 2008, ce montant équivaudrait à environ 1 100 $). Le chinois (tous les dialectes combinés) représente en fait la troisième langue maternelle en importance au Canada, après l’anglais et le français. – Ethnic minority churches : the cases of the Canadian Chinese Christian churches in Ottawa, Thesis, University of Ottawa, 333 p. Liu (X.-F.), 1997. La communauté chinoise, avec plus de 30 000 membres (Statistique Canada, 2001), correspond au groupe de minorité visible le plus important à Ottawa (O’Neill, 2003). Parmi eux, 2,1 millions de migrants arrivés après 1980 constituent ce qu’il est convenu d’appeler des immigrants récents 2. – « The Impact of Canada’s New Immigration Act on Chinese Independent Immigrants », Canadian Journal of Urban Research, vol. Un nombre relativement important d’enfants de la communauté chinoise vit par ailleurs dans des familles à faible revenu. En 2000, les revenus de 26 % des membres de la communauté chinoise étaient inférieurs à ces seuils de faible revenu officiels, comparativement à 16 % à l’échelle de la population en général. Les Chinois ont commencé à arriver au Canada bien avant 1867, l'année de la Confédération. En 2001, 10 % des personnes d’origine chinoise âgées de 65 ans et plus vivaient seules, comparativement à 29 % parmi l’ensemble des aînés au Canada. Situation familiale des membres de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population âgée de 15 ans et plus, selon le sexe, 2001. Ces réalités mettent en évidence une communauté plurielle, des communautés multiples où les stratégies individuelles prennent de plus en plus d’importance dans les trajectoires migratoires. 3  De source officielle (Citoyenneté et Immigration Canada 2001), la politique canadienne d’immigration poursuit différents objectifs : répondre aux besoins du marché du travail, réunir les familles, respecter la tradition humanitaire. Tableau 7. La région urbaine de Montréal reste bien en retrait avec un peu plus de 6 % des migrants chinois. Le fossé est important entre les premiers migrants originaires de l’ancienne colonie britannique de Hong Kong, les étudiants réfugiés de l’après-Tienanmen et les dernières générations de diplômés de la Chine de l’ouverture économique. Division de la statistique sociale et autochtone.] Les coolies, qui étaient les plus démunis, s’engageaient par un « contrat » à travailler dans leur pays de destination pour rembourser l’intermédiaire qui avançait les frais de voyage. Bref, les nouvelles politiques de 1962 permettaient aux Chinois sans lien de parenté au Canada de s’engager pour la première fois depuis 1923 comme immigrant indépendant, d’Ottawa provenaient soit de Hong Kong ou Taiwan, des territoires chinois beaucoup plus occidentalisés à la République populaire de Chine beaucoup plus occidentalisés et orientés vers les affaires, et ceux-ci parlaient le cantonais et l’anglais et étaient souvent de croyance chrétienne. La Loi sur la citoyenneté canadienne, entrée en vigueur au début de 1947, fit du droit de vote une des prérogatives de la citoyenneté 10. En mai 1788, le capitaine John Meares, commerçant de fourrures britannique, arrive à Nootka Sound, sur l'île de Vancouver, avec 50 artisans chinois qui ont aidé à construire un comptoir commercial. En 2001, 60 % des hommes d’origine chinoise âgés de 15 ans et plus faisaient partie de la population active rémunérée, comparativement à 52 % des femmes adultes d’origine chinoise. Depuis les années 1990, les personnes de nationalité chinoise représentent près de 20 % des nouveaux immigrants. On estimait que les Chinois étaient trop pauvres pour payer une telle somme et qu'en conséquence ils ne pourraient pas immigrer au Canada. La Chinatown ne revêt pas la même valeur ni la même signification pour tous. Les taux de chômage parmi les canadiens d’origine chinoise faisant partie de la population active4 sont semblables aux taux des membres de la population active générale canadienne. La semaine dernière, des responsables de la santé et de la communauté chinoise à Toronto ont mis en garde contre une résurgence du racisme et de la xénophobie qui s'étaient manifestés lors de l'épidémie de SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) en 2003. ), 2004. La langue des affaires de la communauté chinoise d’Ottawa est donc aujourd’hui le mandarin. O’Neill (J. Lorsqu’on s’écarte des analyses purement statistiques, dans son acceptation la plus large, son emploi signifie les immigrants des deux dernières décennies. L'anglais et le français sont reconnus comme langues officielles du Canada dans la. 5  Il est à rappeler qu’au dix-neuvième siècle, le Canada était encore une colonie britannique. À l’inverse les nouveaux flux migratoires correspondent à des. – Document de recherche: Immigration récente et formation de quartiers de minorités visibles dans les grandes villes canadiennes, Division de l’analyse des entreprises et du marché du travail, no 11F0019MIF au catalogue, no 221, Ottawa [http://www.statcan.ca/francais/research/11f0019mif/11f0019mif2004221.pdf]. Canada : Vancouver présente ses excuses pour son passé discriminatoire envers la communauté chinoise Des Sino-Canadiens se disent maintenant la cible d’actes discriminatoires. Au cours de la même période, ils représentaient 6 % des résidents de Calgary, 5 % de ceux d’Edmonton, 4 % de ceux de Victoria et 3 % de ceux de la région de la capitale nationale. Les Canadiens d'origine chinoise1 constituent le plus grand groupe ethnique non européen le plus nombreux au Canada. – « From Downtown Slums to Suburban Malls : Chinese Migration and Settlement in Canada », dans Laurence (J. C.), Cartier (C.) (ed. 25En fait la comparaison entre les profils des Chinois installés à l’intérieur d’une enclave et ceux de l’extérieur laisse apparaître une nette différenciation de leur statut socio-économique : l’opposition sociale entre le centre-ville et les banlieues est bien marquée comme l’observent L. Lo et S. Wang (1997) à Toronto. La communauté chinoise de Québec. Une majorité substantielle de la population chinoise habitant au Canada est née à l'extérieur du pays. En 2006, il y avait 1 216 565 Canadiens d'origine chinoise, dont 79 825 au Québec . Ces premiers immigrants chinois provenaient d'une toute petite région du sud de la Chine et parlaient les dialectes de cette région. De plus, les Canadiens d’origine chinoise sont en général aussi susceptibles que les Canadiens de l’ensemble de la population active d’être des travailleurs indépendants ayant une entreprise constituée en société. La communauté chinoise doublement victime de la COVID-19 ... des Asiatiques depuis le début de la pandémie sont également observés ailleurs au Canada. Au Canada, Pékin est accusé par le gouvernement Trudeau d’intimider des membres de la diaspora chinoise. 35Les Sino-canadiens constituent une catégorie de population de plus en plus hétérogène, composée de sous communautés aux identités et profils socio-économiques spécifiques, issus de contextes historiques et des origines géographiques diverses comme le souligne l’état de la communauté chinoise d’Ottawa qui s’est graduellement désintégrée en diverses sous-communautés. Toutefois la situation de Vancouver est plus nuancée car depuis 1975 elle a perdu progressivement son statut de la première ville d’accueil pour les immigrants chinois. Tableau 6. En 2001, 56 % des personnes d’origine chinoise âgées de 15 ans et plus ont affirmé n’avoir aucune appartenance religieuse, ce qui se compare à 17 % à l’échelle de l’ensemble de la population. Chinese Canadians -- Statistics. Keung (N.), 2004. Related Subjects: (10) Canada -- Census, 2001. Les adultes d’origine chinoise libres de liens familiaux sont particulièrement susceptibles de toucher un faible revenu. Bien que la plupart des Canadiens d’origine chinoise puissent parler au moins une des deux langues officielles, la grande majorité d’entre eux ont une langue maternelle3 autre que l’anglais ou le français. En 2001, les Canadiens d’origine chinoise représentaient 10 % de la population totale de la Colombie-Britannique. 6Les processus migratoires étaient alors de deux ordres : l’émigration de coolies par « contrat » et l’émigration par étapes. ... Règlementation sur l'immigration au Canada 1962; Les excuses officielles du Canada en 2006; La montagne d'or (Moving the Mountain) Restaurants chinois célèbres. En 2000, le revenu moyen de toutes sources des Canadiens d’origine chinoise âgés de 65 ans et plus s’est chiffré à 18 000 $, soit un revenu inférieur d’environ 6 000 $ à celui de l’ensemble des aînés, dont le revenu moyen s’est chiffré à 24 400 $. China is currently the principal source of immigrants coming to Canada. Les Canadiens d’origine chinoise représentent également une proportion élevée des titulaires de diplômes dans les domaines hautement techniques. La Loi de l’immigration chinoise est mainte fois modifiée. Au Québec, la communauté chinoise s’organise. En 2001, les personnes ayant fait part d’une origine chinoise représentaient 3 % de la totalité des travailleurs, tandis que 7 % représentaient des personnes occupant un emploi dans les domaines des sciences naturelles et appliquées. Plus qu’un quart des adultes canadiens d’origine chinoise sont titulaires d’un grade universitaire. Pour la majorité (77,7 %) d’entre elles, il s’agit d’une origine unique, tandis que 22,3 % ont En 2001, 56 % des adultes d’origine chinoise âgés de 15 ans et plus occupaient un emploi, comparativement à 62 % de l’ensemble des adultes canadiens. Avant les années 1900, presque tous les Chinois au Canada étaient concentrés en Colombie Britannique. 4  Alors que la population de la Chine a presque doublé en un siècle (410 millions d’habitants en 1850 contre 200 à 250 millions en 1750), la progression des terres cultivables est restée insuffisante (1 210 millions mu en 1873 contre environ 950 millions mu (mou) ; quinze mu (mou) équivaut à un hectare de terre) (Li, 1988). Dans ce contexte, l’espace de vie des migrants s’individualise davantage et l’image emblématique des Chinatowns d’aujourd’hui est révélatrice de ces transformations : l’enclave urbaine d’hier est désormais un lieu commercial animé, un lieu culturel, un lieu de rencontre pour les Asiatiques et les citadins en général tandis que les nouveaux migrants chinois s’installent dans les banlieues canadiennes. 13L’abrogation de la loi de 1923 marqua un renouveau pour les communautés chinoises canadiennes. In effect, social, cultural and economic difference are pronounced: new generations are more educated, and thus, are better prepared to succeed and weave themselves into the Canadian economic fabric. 32L’analyse spatiale met en évidence l’évolution des stratégies territoriales des immigrants qui révèlent des polarisations majeures au profit des régions urbaines les plus riches et les plus dynamiques du pays : tout d’abord Toronto et son aire métropolitaine, puis Vancouver. Cette peur de l'étranger, les Chinois la subiront pendant plus d'un siècle au Canada. L’abrogation de la loi en mai 1947 mit effectivement un terme à un quart de siècle de régime d’exclusion. En 2001, les personnes d’origine chinoise représentaient 3 % du total de la population active canadienne, mais 4 % des travailleurs indépendants qui possédaient une entreprise constituée en société. En 2000, 27 % des enfants d’origine chinoise âgés de moins de 15 ans vivaient dans des familles à faible revenu, comparativement à 19 % parmi tous les enfants au Canada. 13, n° 1, p. 140-154. Entre 1996 et 2001, par exemple, le nombre de personnes ayant affirmé être d’origine chinoise a augmenté de 19 %, alors que la population générale a augmenté de 4 %. Un regard sur les premiers Chinois au Canada. Shi (Y. La Loi de l'immigration chinoise de 1923 a été abrogée en 1947. Get this from a library! COVID-19 : la communauté asiatique de Vancouver aurait contribué au succès de la C.-B. Comme le Parlement a adopté cette loi le jour de la Fête du Dominion, la communauté chinoise au Canada a appelé ce jour le « Jour de l'humiliation ». Mais dès les années 1890, les Chinois furent confrontés à une réduction constante des emplois accessibles face aux pressions de syndicalistes et d’hommes politiques : l’assemblée législative de la Colombie-Britannique légiféra pour interdire l’utilisation de la main-d’œuvre asiatique 7. 34Plus que jamais les immigrants chinois anciens et nouveaux forment bien une communauté plurielle où les différences sociales, culturelles et économiques sont importantes. ), The Chinese Diaspora – Space, Place, Mobility, and Identity, p. 311-336. Répartition de la communauté chinoise et de l'ensemble de la population canadienne en fonction de l'âge, 2001. Les Chinois ont tendance à quitter des régions à forte concentration ethnique pour s’installer dans les secteurs où les opportunités d’emploi sont meilleures. Statistique Canada, 2001. Canada -- Population -- Statistics. Elle avait deux frères, son père a servi la communauté en tant que médecin - un poste très prestigieux, et sa mère a travaillé comme ingénieur. Get this from a library! En 2000, 10 % du revenu des Canadiens d’origine chinoise âgés de 15 ans et plus provenaient de transferts gouvernementaux, alors que la moyenne parmi tous les adultes canadiens était de 12 %. Le coronavirus commence à inquiéter, voire à semer la panique au pays de l’érable. Racisme, taxe d'entrée, violence, mépris des droits les plus fondamentaux, les Chinois seront, dès leur arrivée en 1858, traités comme des citoyens de seconde classe. Selon sa situation financière et les possibilités du pays d’accueil, le migrant pourra éventuellement amener son épouse et reconstituer son foyer dans sa nouvelle patrie.

L'éducation Sentimentale Personnages, Google Legal Help Page, Citation Sur L'adaptation Au Changement, Visiter Istanbul Covid, Resultat Pmu 17 Janvier 2019, Sortie Le Consentement,

Partagez sur les réseaux sociaux

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En publiant un commentaire sur ce site vous acceptez la Politique de confidentialité du site qui précise la façon dont vos données sont stockées et traitées.